TP Canalisateur

LE MÉTIER

Le titre professionnel Canalisateur1 niveau V (code NSF : 231 s) se compose de trois activités types, chaque activité type comportant les compétences nécessaires à sa réalisation. A chaque activité type correspond un certificat de compétences professionnelles (CCP).

Le canalisateur construit, sous la responsabilité du chef de chantier, des réseaux humides enterrés :
- des réseaux gravitaires de deux natures : des collecteurs, branchements et avaloirs pour l'évacuation des eaux de pluie, et des collecteurs et branchements pour l'évacuation des eaux usées ;
- des réseaux sous pression pour l'adduction d'eau potable (AEP).


A partir de plans ou schémas et des directives orales du chef de chantier, le canalisateur installe la signalisation temporaire et les protections collectives pour sécuriser le chantier. Il veille à leur maintien pendant toute
la durée du chantier. Il procède au repérage et au piquetage des réseaux et ouvrages existants sur l'emprise du chantier à l'aide des plans des réseaux et des observations du terrain. Ensuite, il réalise l'implantation du
projet avec du matériel de mesure et il matérialise au sol les informations qui permettront d'ouvrir les tranchées en intégrant la présence d'autres réseaux aériens et souterrains. Il dépose les éléments de voirie et découpe les couches superficielles de chaussée.


Le canalisateur suit l'ouverture mécanique de la tranchée en contrôlant sa largeur, sa profondeur et sa pente. Il réalise la finition manuelle du terrassement. Lorsqu'il réalise ces tâches, il intervient comme suiveur du conducteur de l'engin de terrassement et de fait doit être titulaire de l'autorisation d'intervention à proximité des réseaux prévue à l'article R. 554-31 du code de l'environnement.


Une fois le terrassement effectué, il régale le lit de pose (gravier, grave, par exemple). Il pose et assemble différents types de tuyaux (polychlorure de vinyle, fonte, grès), des éléments de regards préfabriqués et des
accessoires. Il construit des regards béton coulés en place et réalise les fonds de regards (cunettes) canalisant les effluents. Dans le cas d'adduction d'eau, il assemble les tuyaux en fonte, en polychlorure de vinyle (PVC) ou en polyéthylène haute densité (PeHD). Il monte les accessoires de fontainerie et réalise les branchements particuliers. Il coffre et coule les butées béton qui évitent le déboitement des tuyaux sous l'effet de la pression. Il cale les reins de la conduite et enrobe les tuyaux jusqu'à la hauteur demandée. Il remblaie la tranchée par couches successivement compactées.

Après la pose des réseaux, le canalisateur remet en état la voirie et les trottoirs. Il repose les éléments déposés, réalise des dallages en béton et régale de l'enrobé à chaud ou à froid.

Le canalisateur respecte les consignes de sécurité et de protection de l'environnement afin de prévenir les risques d'accidents et de pollution du sol. Il réalise ses activités dans le respect des règles de sécurité individuelles et collectives (et, s'il existe, en application du PPSPS, sinon du plan de prévention). Il fait un tri sélectif des déchets de chantier pour leur recyclage ou leur élimination en centre d'enfouissement technique (CET). Le canalisateur travaille à partir des consignes et directives du chef de chantier chargé de l'organisation et du contrôle du chantier. Des zones de forte circulation peuvent demander un aménagement des horaires de travail (travail de nuit, journée continue). Le canalisateur revêt les équipements de protection individuelle adaptés aux travaux.

Une grande partie de son activité se déroule en tranchée, parfois en galerie. Le canalisateur est soumis aux aléas climatiques, à la poussière et au bruit. Il utilise l'outillage manuel de terrassement et de maçonnerie
ainsi que l'outillage à moteur thermique ou électrique (tronçonneuse à matériaux, carotteuse, perforateur, plaque vibrante, pilonneuse). Le canalisateur est en relation avec ses collègues, le chef d'équipe ou le
chef de chantier, les conducteurs d'engins, les contrôleurs de travaux, les personnels des sociétés réalisant les essais des réseaux et les riverains.

LES COMPÉTENCES ATTENDUES

CCP – Réaliser les travaux de préparation et de réfection d'un chantier de canalisations enterrées

  • Installer des dispositifs de sécurité pour chantier de voirie et réseaux.
  • Réaliser les traçages préparatoires à la pose des réseaux.
  • Déposer et reposer des éléments de voirie.

CCP – Construire un réseau d'assainissement en travaux publics

  • Travailler à proximité des réseaux.
  • Guider l'engin de terrassement et régler le fond de fouille d'une tranchée.
  • Poser en tranchée un collecteur d'assainissement d'eaux usées ou d'eaux pluviales.
  • Réaliser les branchements particuliers, eaux usées et eaux pluviale.
  • Réaliser les ouvrages coulés en place et maçonnés d'un chantier de canalisations.
  • Réaliser l'enrobage de la canalisation et le remblayage de la tranchée

CCP – Construire un réseau d'adduction d'eau potable en travaux publics

  • Travailler à proximité des réseaux.
  • Guider l'engin de terrassement et régler le fond de fouille d'une tranchée.
  • Construire un réseau d'adduction d'eau potable en polychlorure de vinyle (PVC), fonte et/ou polyéthylène haute densité (PeHD).
  • Réaliser les différents types de branchements sur un réseau d'adduction d'eau potable enterré.
  • Réaliser les ouvrages coulés en place et maçonnés d'un chantier de canalisations.
  • Réaliser l'enrobage de la canalisation et le remblayage de la tranchée.
  • Poser les appareillages et les accessoires de fontainerie, de robinetterie et de réparation sur un réseau d'adduction d'eau potable.

MODALITÉS D'OBTENTION DU TITRE

1 – Pour un candidat issu d’un parcours continu de formation

A l’issue d’un parcours continu de formation correspondant au titre visé, le candidat est évalué par un jury composé de professionnels sur la base des éléments suivants :

  • une mise en situation professionnelle ou une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de production(s) si prévus au RC,
  • les résultats des évaluations passées en cours de formation,
  • un dossier professionnel dans lequel le candidat a consigné les preuves de sa pratique professionnelle, complété d’annexes si prévues au RC;
  • un entretien final avec le jury.

2 – Pour un candidat à la VAE

Le candidat constitue un dossier de demande de validation des acquis de son expérience professionnelle justifiant, en tant que salarié ou bénévole, d’une expérience professionnelle de trois ans en rapport avec le titre visé. Il reçoit, de l’unité départementale de la Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi (DIRECCTE), une notification de recevabilité lui permettant de s’inscrire à une session titre.

Lors de cette session, le candidat est évalué par un jury de professionnels sur la base des éléments suivants :

  • une mise en situation professionnelle ou une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de production(s) si prévus au RC,
  • un dossier professionnel dans lequel le candidat a consigné les preuves de sa pratique professionnelle, complété d’annexes si prévues au RC,
  • un entretien final avec le jury.

Pour ces deux catégories de candidats (§ 1 et 2 ci-dessus), le jury, au vu des éléments spécifiques à chaque parcours, décide ou non de l’attribution du titre.

En cas de non obtention du titre, le jury peut attribuer un ou plusieurs certificat(s) de compétences professionnelles (CCP) composant le titre. Le candidat peut se présenter aux CCP manquants dans la limite de la durée de validité du titre. Afin d’attribuer le titre, un entretien final se déroule en fin de session du dernier CCP, et au vu du livret de certification.

En cas de révision du titre, l’arrêté de spécialité fixe les correspondances entre les CCP de l’ancien titre et ceux du titre révisé. Le candidat se présente aux CCP manquants du nouveau titre. En cas de clôture du titre, le candidat ayant antérieurement obtenu des CCP dispose d’un an à compter de la date de la fin de validité du titre pour obtenir le titre initialement visé.

3 – Pour un candidat issu d’un parcours discontinu de formation ou ayant réussi partiellement le titre (formation ou VAE).

Le candidat issu d’un parcours composé de différentes périodes de formation ou ayant réussi partiellement le titre peut obtenir le titre par capitalisation des CCP constitutifs du titre.

Pour l’obtention de chaque CCP, le candidat est évalué par un jury composé d’un professionnel et d’un formateur de la spécialité. L’évaluation est réalisée sur la base des éléments suivants :

  • une mise en situation professionnelle ou une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de production(s) si prévus au RC,
  • les résultats des évaluations passées en cours de formation pour les seuls candidats issus d’un parcours de formation,
  • un dossier professionnel dans lequel le candidat a consigné les preuves de sa pratique professionnelle, complété d’annexes si prévues au RC, Afin d’attribuer le titre, un entretien final se déroule en fin de session du dernier CCP, et au vu du livret de certification.

MODALITÉS D'OBTENTION D'UN CERTIFICAT COMPLÉMENTAIRE DE SPÉCIALISATION (CSS)

Un candidat peut préparer un CCS s’il est déjà titulaire du titre professionnel auquel le CCS est associé.

Il peut se présenter soit à la suite d’un parcours de formation, soit directement s’il justifie de 3 ans d’expérience dans le métier visé.

Pour l’obtention du CCS, le candidat est évalué par un jury composé de professionnels sur la base des éléments suivants :

  • une mise en situation professionnelle ou une présentation d’un projet réalisé en amont de la session, complétée par un entretien technique, un questionnaire professionnel, un questionnement à partir de production(s) si prévus au RC,
  • les résultats des évaluations passées en cours de formation pour les seuls candidats issus d’un parcours de formation,
  • un dossier professionnel dans lequel le candidat a consigné les preuves de sa pratique professionnelle, complété d’annexes si prévues au RC,
  • un entretien final avec le jury

PARCHEMIN ET LIVRET DE CERTIFICATION

Un parchemin est attribué au candidat ayant obtenu le titre complet ou le CCS. Un livret de certification est remis au candidat en réussite partielle Ces deux documents sont délivrés par le représentant de l’unité départementale compétente de la DIRECCTE.


Pour tout renseignement complémentaire  
Contactez-nous au 05 62 87 86 20